Un père de famille condamné pour avoir fait mendier sa fille de 7 ans, un couple d’avocats toulousains soupçonné d’escroquerie

📁 Articles, Société, Une 🕔07 mars 2018
Un père de famille condamné pour avoir fait mendier sa fille de 7 ans, un couple d’avocats toulousains soupçonné d’escroquerie entendu par le police

Un père de famille condamné pour avoir fait mendier sa fille de 7 ans, un couple d’avocats toulousains soupçonné d’escroquerie

Deux avocats, originaires de la Ville rose, ont passé plus de 24 heures en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire à Toulouse. Ce couple marié possède un cabinet près du quartier de la Patte-d’Oie. Le mari et son épouse sont tous deux soupçonnés de « faux et usage de faux » et de « tentative d’escroquerie ».

 

 

 

 

 

Après leur audition par des enquêteurs de la division financière du SRPJ, les deux avocats ont été remis en liberté hier, mardi 6 mars. Cependant, ils peuvent encore faire l’objet d’une convocation devant le tribunal lors d’une procédure. Le couple est accusé d’avoir monté de faux dossiers de demande d’aide juridictionnelle. Cette aide permet aux personnes sans ressources ou vivant avec des bas revenus d’obtenir la prise en charge par l’État de la totalité des frais d’un procès.

 

Un père de famille condamné pour avoir fait mendier sa fille de 7 ans

À Toulouse, un père de famille de 3 enfants a été condamné par le tribunal à 3 mois de prison, sans mandat de dépôt, pour avoir fait mendier sa fille de 7 ans. Les faits remontent au mois de décembre 2017. Les policiers ont fait la connaissance d’une petite fille qui faisait la manche, seule et sous une pluie battante devant un supermarché de la route de Blagnac. Mais le dialogue était pratiquement impossible.

 

Ce sont les riverains qui ont expliqué aux forces de l’ordre que ce n’était pas la première fois que cette petite faisait la manche et qu’elle était surveillé par son père, âgé de 26 ans. Interpellé puis remis en liberté, le père de famille a été jugé hier. Depuis l’intervention de la police, l’enfant a pu reprendre sa scolarité comme tout enfant de son âge.

 

 

 

 

 

Virginie Tsiao




Pas de commentaire

Pas de commentaires pour le moment

Soyez le premier à écrire un commentaire.

Ecrire un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *