Florence Thinard auteure jeunesse toulousaine publie le Tome 4 de son roman Totems

📁 Articles, Culture, Une 🕔12 mai 2018
Florence Thinard auteure jeunesse toulousaine publie le Tome 4 de son roman Totems © Yannick Fournié

Florence Thinard auteure jeunesse toulousaine publie le Tome 4 de son roman Totems
© Yannick Fournié

On ne cesse de le répéter, les jeunes Français lisent de moins en moins. Avec l’arrivée des nouvelles technologies, des tablettes tactiles, des téléphones portables, tenir un livre en papier se fait rare de nos jours. Les auteurs et illustrateurs de livres jeunesse français tirent la sonnette d’alarme. Malgré cette situation, d’autres auteurs restent positifs, se disent confiants pour l’avenir de la littérature et continuent d’écrire des romans pour les plus jeunes. À Toulouse, c’est le cas de Florence Thinard qui vient de sortir le Tome 4 de son roman Totems. Rencontre…

 

 

 

« Ma passion de l’écriture est venue par ma passion de la lecture », nous avoue Florence Thinard. Née à Royan en 1962, Florence Thinard vit aujourd’hui à Toulouse. Elle est devenue auteure jeunesse en plusieurs étapes. Après avoir été rédactrice en chef des Clés de l’actualité junior (Milan Presse), hebdomadaire qui permet aux enfants de décrypter l’actualité, elle devient journaliste indépendante pendant trois ans. Pour finalement être contactée par les éditions Michalon et devenir auteure.

 

La fiction pour expliquer le monde :

Aujourd’hui, pour cette ex-journaliste, le plus important pour ce métier est « d’aimer découvrir des histoires, découvrir ce qui se passe dans l’esprit d’autrui, c’est s’imaginer des mondes inimaginables. C’est le désir de faire plaisir aux enfants quand ils découvrent des livres. »

 

Depuis une dizaine d’années maintenant, l’écriture de documentaires permet à Florence Thinard d’assouvir une curiosité toujours intense pour l’histoire, la marche du monde et la botanique. Pour équilibrer ce travail rigoureux, elle écrit des romans jeunesse où la réalité se soumet joyeusement à l’imagination.

 

« Au départ, j’étais journaliste pendant 20 ans en presse écrite. J’ai commencé par de la presse magazine marketing à Paris, j’ai aussi fait de la presse quotidienne régionale dans la vallée du Rhône. J’étais également rédactrice en chef d’un journal « Les Clés de l’actualité junior » qui été publié chez Milan Presse. À partir de là, j’ai pu apprendre toutes sortes de techniques de décryptages d’actualités pour un jeune public. J’ai donc commencé à écrire des documentaires sur les conflits internationaux, les élections, l’économie par exemples. J’ai écris des dictionnaires de mots d’actualités. Et petit à petit je suis passée à l’écriture de fiction toujours pour la jeunesse. »

 

Ce changement était dû à une véritable envie d’explorer des émotions, d’écrire des choses positives, d’être libre. « Une part de moi réclamait de la légèreté, de l’humour, des histoires qui se terminent bien. Le roman vient d’un désir personnel, j’ai l’impression d’être habitée par une histoire qui demande d’être écrite. », nous confie-t-elle.

 

Dix-sept ans après la publication de son premier livre « Mondes rebelles juniors », publié en 2001 au moment des attentats du 11 septembre, Florence Thinard a fait du chemin dans le monde de la littérature. Aujourd’hui, plusieurs de ses ouvrages ont été intégrés dans des programmes scolaires de littérature du primaire en France et à l’étranger comme en Allemagne ou encore en Corée du Sud notamment des nouvelles sur l’environnement.

 

Un nouveau tome pour 2018 : 

« Les histoires de mes romans se passent dans des univers contemporains, ce sont des romans d’aventure, avec un coté fantastique», souligne l’écrivaine.

 

C’est ainsi que le roman Totems, né d’une proposition d’un de ses éditeurs Thierry Magnier, a vu le jour. Rappelons que cela fait plus de dix ans que Florence Thinard collabore avec les éditions Thierry Magnier. « L’idée était de faire une petite série comme le « Club des Cinq » mais en plus marrant. Pour moi, il est essentiel de s’intéresser à la relation entre nous, les Hommes, et les animaux. Quelle est la part d’animalité qui existe en nous ? Répondre à cette question en est toute la difficulté. »

Totems en est à son quatrième tome, sorti en janvier dernier et intitulé : Bons baisers d’otarie.

 

Focus sur la littérature jeunesse  à Toulouse : 

Après plus de 20 ans d’activité à Toulouse, la boutique Espace Milan a fermé définitivement ses portes le samedi 28 octobre 2017.  L’Espace Milan est une boutique qui appartenait à l’entreprise Milan Presse, dont le siège est à Toulouse. Aujourd’hui filiale du groupe Bayard Presse, Milan Presse emploie 300 salariés dans ses bureaux.

 

Le groupe Milan a été fondé dans les années 80 à Toulouse et s’est positionné, dès le départ, sur le secteur de la presse enfantine éducative. Il est aujourd’hui une filiale à 100 % du groupe Bayard qui l’a racheté en 2004. Réunis, les deux groupes pèsent 415 millions d’euros de chiffre d’affaires répartis entre presse, édition et multimédia.

 

Mais malgré ces événements, les rendez-vous littéraires ne manquent pas à la Ville rose. Le Festival du Livre de Jeunesse Occitanie ou encore la Nuit de la lecture, autant de raison de continuer à lire.

 

Et quoi de mieux que la Nuit de la lecture pour vivre en « vrai » la littérature, qui se veut vivante ou encore surprenante ? Au programme, des lectures musicales, des spectacles de théâtre, des lectures en pyjama, des expositions, des projections, des ateliers d’écriture ou encore des conférences et des rencontres avec des écrivains. Une tout autre manière de découvrir la littérature à Toulouse.

 

Qu’elle soit scientifique, poétique ou humaniste, la littérature jeunesse ne cesse de croiser et mêler les genres et les styles et, à une époque où l’on reproche souvent aux plus jeunes de ne plus lire, il est temps de montrer qu’au contraire, les enfants et les adolescents sont attachés à découvrir toujours plus de livres qui les aident à comprendre leurs joies, leurs doutes et ce monde étrange qui les entoure. Mais n’oubliez pas, lire c’est bien mais comprendre, c’est mieux !

 

 

 

 

 

Virginie Tsiao




Pas de commentaire

Pas de commentaires pour le moment

Soyez le premier à écrire un commentaire.

Ecrire un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *