Accueil Articles Groland : « Les politiques sont nos DRH et notre gagne-pain »

Groland : « Les politiques sont nos DRH et notre gagne-pain »

A gauche, le Président Salengro et à droite Benoît Delépine de Groland
Christophe Salengro (à gauche) et Benoit Delépine, les deux trublions de l’émission Groland. Photo / Crédit François Nys

Après s’être installée à Toulouse à l’occasion de la 3e édition du festival Fifigrot, l’équipe de Groland a « encore la rage » et compte bien continuer à répandre un « esprit déchainé de révolte et de pitrerie » partout où elle passe.

 

Pendant une semaine, Toulouse a été conquis par l’équipe de Groland et son festival international du film grolandais. « C’est toujours un bonheur de venir ici car l’ambiance est hyper agréable », souligne Benoit Delépine acteur et auteur des émissions Groland. « C’est fou comme il y a beaucoup de jeunes ici ! Ils partagent bien l’esprit grolandais ! Ce n’est pas le cas de tout le monde ». L’équipe s’avoue tout de même « surprise » de ne « pas avoir eu trop d’ennuis avec la mairie de Toulouse ». « La droite ne comprend pas ce qu’on fait, donc elle nous laisse faire ! », s’amuse Benoit Delépine.

« C’est toujours un grand plaisir de jouer à Groland et de trouver de nouvelles idées pour s’amuser », déclare Christophe Salengro, comédien et président de l’émission Groland. « On a toujours la rage et plein de projets en tête, à commencer par le tournage d’un téléfilm, qui sera diffusé sur Canal+ en fin d’année ». La production compte bien continuer de « faire la guerre » à leur « ennemi favori qui est l’imbécillité », à coups « d’entartage ». « Nous sommes en train de travailler sur une mitraillette à fromage blanc et une tartapulte qui peut tirer jusqu’à 35 mètres ! », rit Christophe Salengro. « Nous savons déjà qui est en tête de liste, nous pouvons partir en guerre à tout moment ! ».

 

Groland : Un « combat politique »

Groland, son pays imaginaire et son émission parodique de l’actualité existent depuis 1992, et l’équipe n’est pas « encore lassée de faire les pitres et de dénoncer les pays voisins ». « Les politiques sont nos DRH et notre gagne-pain », ironise Benoit Delépine. « Faut dire qu’on aime s’empiffrer avec ce qu’ils nous servent ». Une équipe qui ne serait pas « allée aussi loin » sans « le public derrière eux qui veut continuer de prendre part au combat politique », termine le président.

 

Article de Nicolas Drusian

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici