Accueil Articles Toulouse « aimée » grâce à sa « dynamique et son bon vivre instinctif »

Toulouse « aimée » grâce à sa « dynamique et son bon vivre instinctif »

Erik Orsenna et Jean Luc Moudenc
Erik Orsenna (à gauche), écrivain et membre de l’Académie Française aux côtés de Jean-Luc Moudenc, Maire de Toulouse. Photo / CTI

Erik Orsenna, écrivain et membre de l’Académie Française, s’affiche aux côtés du maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc pour une « promenade de problématiques » autour du concept de « bonne ville ».

 

« J’ai l’occasion de visiter et d’observer de nombreuses villes en France et à l’étranger et ça m’a amené à me questionner sur l’institution et ce qui permet de mieux vivre », témoigne Erik Orsenna, écrivain et membre de l’Académie Française. L’écrivain différencie alors les « bonnes villes » et « leur inverse, qui sont tristes et sans activités » grâce à plusieurs caractéristiques comme l’efficacité des services, l’attractivité (essentiellement de l’emploi) ainsi que « l’harmonie et le métissage ». « Ce détail se développe avec la capacité de mobilité, sans quoi le métissage de la population et des générations serait difficile ». En ce qui concerne Toulouse, c’est une ville « aimée » d’Erik Orsenna, grâce à sa « dynamique et son bon vivre instinctif ». « Cela est dû aussi à la fierté d’être Toulousain, et cela influe sur l’efficacité économique ».

« L’évolution » d’une ville, « l’élaboration de projets » est également ce qui permet d’améliorer le « bon vivre ». « Ce n’est pas parce qu’une ville est belle que c’est gagné d’avance, car il y a un risque de se transformer en musée ». Pour cause principale, l’écrivain observe une compétitivité entre les villes de plus en plus « sauvage », mais pas moins « intéressante ». « Elles m’apparaissent toutes comme des personnages uniques qui se battent pour maîtriser leur domaine et en découvrir de nouveaux ».

 

« Le rôle de la mairie est de créer un équilibre »

Alors que chaque année les villes « dévorent de l’espace et s’étendent », Erik Orsenna serait « amusé et curieux d’assister à un salon de la densification intelligente », car « l’extension risque de créer des déséquilibres ». Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, confirme cela en évoquant les nouveaux quartiers au-delà de Borderouge, alors que « n’ont pas suivi les constructions d’écoles aux alentours ». « Dans une volonté d’équilibre et une démarche pragmatique, je tiens aussi à conserver les grands projets structurants qu’avait entrepris la précédente municipalité », termine l’édile.

 

Article de Nicolas Drusian

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici