Accueil Articles French Tech : Toulouse veut « attirer des entreprises comme Google ou Amazon »

French Tech : Toulouse veut « attirer des entreprises comme Google ou Amazon »

Marie-Pierre Gleizes Mireille Garcia et Bertrand Serp french tech
De gauche à droite : Marie-Pierre Gleizes, professeur à l’Institut de Recherche en Informatique de Toulouse, Mireille Garcia, vice-présidente du Sicoval et Bertrand Serp, vice-président de Toulouse Métropole. Photo / CTI

L’écosystème numérique toulousain est candidat pour être labellisé « French Tech », une initiative de l’Etat pour favoriser le développement des entreprises de ce secteur. Ne reste plus qu’à rendre l’activité toulousaine la « plus attrayante et dynamique » possible pour acquérir le label.

 

Forte de 2 000 entreprises numériques qui génèrent environ 38 500 emplois, Toulouse souhaite « évoluer » dans ce domaine. Pour cela, la ville est candidate à la labellisation « French Tech », un projet engagé par l’État pour accompagner les entreprises du numérique. Répondent à l’appel à projets les grands groupes, les PME, ETI et start-ups, avec le soutien des acteurs publics locaux tels que Toulouse Métropole, le Sicoval, la Région, ou la CCI. « Toulouse a tous les atouts nécessaires pour réussir », assure Bertrand Serp, vice-président de Toulouse Métropole en charge de l’économie numérique. « Notre territoire est une véritable pépite pour la recherche, mais il manque le financement. Une labellisation permettrait de combler ce problème ». En effet, les petites start-ups prometteuses « recevraient des accélérateurs publics ou privés » pour les aider à se « développer sur le plan national et international ». « Ça va rendre le territoire plus attrayant et plus dynamique », explique Mireille Garcia, vice-présidente du Sicoval déléguée à la politique d’animation et de promotion de l’économique du territoire. « Toulouse pourra alors attirer des investisseurs et d’autres start-ups innovantes. Cela va créer de l’emploi, augmenter les levées de fonds ou encore soutenir les expérimentations ». À plus long terme, Toulouse a l’ambition de « devenir un leader européen ». « Nous voulons attirer des entreprises comme Google ou Amazon, entre autres, et qu’ils utilisent les outils à disposition pour créer de l’innovation à Toulouse ».

 

Les étapes de la labellisation « French Tech »

« Ce sont les entreprises qui portent la candidature », explique Bertrand Serp. « Elles ont notre soutien, mais ce sont elles qui investissent ». Les acteurs publics locaux ont alors un rôle « de facilitateurs » pour promouvoir les « atouts de Toulouse ». Le 21 juillet dernier a été envoyé le dossier de candidature pour espérer être labellisé, et fin octobre se tiendront « les premières visites pour évaluer les capacités et le dynamisme du territoire ». Un diagnostic qui n’est pas définitif puisqu’en cas de refus, « nous pouvons en refaire un et procéder ainsi à plusieurs allers-retours », termine Bertrand Serp.

 

Article de Nicolas Drusian

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici