Accueil Articles Rentrée 2014 : « Il n’y a pas assez de postes pour faire face à une hausse démographique constante »

Rentrée 2014 : « Il n’y a pas assez de postes pour faire face à une hausse démographique constante »

Conférence de presse du collectif Sauvons l'ecole 2014
Conférence de presse du collectif « Sauvons l’école ». Photo / CTI

Une semaine après la rentrée scolaire, les syndicats d’enseignants constatent une infime amélioration concernant la dotation de postes, mais dénoncent une situation qui fait « du surplace ». Depuis 2012, le nombre de postes augmente, mais n’est toujours pas « suffisant » pour combler la hausse démographique des élèves.

 

« On fait du surplace », constate Jean-Philippe Gadier, secrétaire départemental du SNUipp FSU 31, en faisant un bilan de la situation de l’école publique en Haute-Garonne. Alors que les élèves sont chaque année plus nombreux, le nombre de postes d’enseignants reste encore « insuffisant », malgré les dotations obligatoires. « Cette rentrée, il y a eu 148 postes de plus, et il n’y a pas de quoi fanfaronner », prévient le syndicaliste. D’autant que ce chiffre de correspond pas à l’ouverture de 148 nouvelles classes. « Nous n’avons pas les chiffres exacts, mais il devrait y avoir entre 100 et 110 ouvertures, le reste des postes étant distribués dans l’administratif », explique Claude Alliot, du Sgen-CFDT pour qui « il aurait fallu ces quelques postes ET les 148 consacrés à l’ouverture de nouvelles classes ». Dans tous les cas, « la réalité de l’école est là », souffle Jean-Philippe Gadier, « il n’y a pas assez de postes pour faire face à une hausse démographique constante ».

Chiffres à l’appui, les deux syndicalistes du réseau « sauvons l’école » dénoncent donc un taux d’encadrement alarmant dans le département. En effet, la Haute-Garonne est classée 96e, avec un taux à 5% (même s’il a augmenté de 0,02% à la rentrée). « La moyenne nationale est d’environ 5,21%. À ce rythme-là, il nous faudrait un siècle pour combler ce retard !», illustre Jean-Philippe Gadier. « Depuis que la politique nationale éducative a changé, en 2012, la situation s’améliore théoriquement. Mais ce n’est clairement pas assez », peste le syndicaliste qui souligne la « particularité » d’un département touché par des « inégalités de distribution de postes dans les milieux ruraux et urbains ».

 

Pas de remplacements, pas de savoir

Les syndicats d’enseignants se disent également « inquiets » et « vigilants » sur la question des remplacements. Particulièrement sur « l’impact scolaire » en cas de mauvaise gestion. « Ne pas pouvoir remplacer un enseignant peut être une vraie source d’inégalité scolaire, si cela fragmente l’année d’une classe », indique Hélène Rouch. Une situation préoccupante notamment en primaire où les « remplacements sont plus difficiles à suivre », souligne la secrétaire générale adjointe de FCPE. De son côté, Jean-Philippe Gadier évoque le problème d’un « éclatement de la classe vers d’autres classes, le temps de trouver un remplaçant. Quand on sait que, pour l’instant, on est déjà à un élève du seuil d’ouverture dans 20% des écoles… »

 

Article de Nicolas Drusian

La rédactionhttps://www.toulouseinfos.fr
Pierre-Jean Gonzalez, rédacteur en chef de toulouseinfos.fr a collaboré avec de nombreux médias avant de prendre la direction du site toulousain, qui existe depuis 10 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici