La Fondation Bemberg à l’hôtel d’Assézat : histoire d’une collection privée

📁 Musées 🕔29 août 2013

L’hôtel d’Assézat à Toulouse abrite depuis 1995 la Fondation Bemberg, qui rassemble la collection d’œuvres d’art du mécène Georges Bemberg.

 

 

Les amateurs d’art et d’architecture Renaissance ne manqueront pas de visiter la Fondation Bemberg à Toulouse, située dans l’un des plus beaux bâtiments du XVIème siècle de la ville. C’est dans ce lieu, autrefois propriété d’un marchand de pastel, que s’est installée la collection d’œuvres d’art, créée par Georges Bemberg, mécène averti.

Ce fils d’industriels allemands s’est dirigé très tôt vers le monde de l’art, et en a fait la passion de toute une vie. Il a ainsi rassemblé une collection faite de toiles, livres précieux, bronzes et mobiliers divers, qui est désormais visible par le grand public depuis 1995 à l’hôtel d’Assézat. Mis à la disposition de la Fondation par la mairie de Toulouse, le bâtiment déploie les collections sur deux étages. Le premier, aménagé comme une succession de salons particuliers intimistes, regroupe des œuvres de la renaissance du XVIIème et XVIIIème siècle, tandis que l’Ecole Française moderne occupe le second niveau. Le visiteur pourra ainsi admirer les tableaux de la plupart des grands impressionnistes et fauves, et apprécier les principaux courants artistiques modernes.

 

Le regard d’un collectionneur

L’âme de la collection s’est faite également par les choix de Georges Bemberg, alliant une envie de représenter l’Histoire de l’Art à travers sa sensibilité artistique, empreinte de classicisme. Ainsi la Fondation expose de nombreuses œuvres du peintre Pierre Bonnard (1867-1947), pour qui il éprouva un engouement certain, ou pour Lucas Cranach (1472-1553). Le deuxième étage abrite  quant à lui une curiosité picturale sous la forme d’un autoportrait de la comédienne Sarah Bernard (1844-1923), unique en son genre.

Avec son implantation dans l’hôtel d’Assézat la collection de Georges Bemberg permet de traverser à la fois l’Histoire de l’Art, et celle de la ville de Toulouse.

 

Didier Marinesque

Pas de commentaire

Pas de commentaires pour le moment

Soyez le premier à écrire un commentaire.

Ecrire un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *